Tu ne me connais pas encore, tu découvres mon blog, ma chaîne YouTube, alors je t’invite tout d’abord à me suivre sur les réseaux sociaux sur lesquels je partage tout mon contenu. Par la suite, n’hésite pas à visionner toutes les vidéos (ou à lire les articles) que j’ai pu poster au cours de ces trois dernières années. Préparateur physique depuis 2003, j’y partage mon expérience dans mon apprentissage du trail running tout en intégrant l’aspect du renforcement musculaire. Bref, je te laisse découvrir tout cela grâce aux liens présents dans la description et venons-en maintenant à ce nouveau format que je vais proposer pour les prochains mois.

Si tu n’as pas suivi mon année sportive, sache que je me suis engagé sur deux courses : la première étant le Marathon du Mont Blanc de 42km et la seconde, le Serre Che Trail de 26km. Je t’invite là aussi à voir les vidéos des deux courses.

Après avoir fait le bilan de cette année 2021 où ma préparation a été relativement chargée, j’ai pu constater bien évidemment mes points forts mais aussi mes points faibles. Parmi ces derniers, le plus important reste ma vitesse ascensionnelle. Il y a plusieurs raisons à cela mais aussi beaucoup de solutions par rapport à ma marge de progression. C’est pour cette raison que j’ai décidé de partager avec toi une série de vidéos en plusieurs épisodes nommées « Objectif Trail » qui relateront toutes les étapes de ma progression en montée.

 


 

MA VITESSE ASCENSIONNELLE

Je le disais donc en introduction mon plus gros point faible est ma vitesse ascensionnelle. En course lors des montées sèches, elle est d’environ 800m/h sur des côtes à 20%. Je ne dis pas que les personnes ayant cette vitesse sont lents, pas du tout ! Nous avons chacun notre niveau et un objectif personnel qui nous est propre cependant, compte tenu de l’entrainement que j’ai suivi et de mon implication, cette vitesse est relativement faible pour moi. Je souhaite donc avoir un profil un peu plus équilibré en améliorant mes performances en montée.

 

POURQUOI SUIS-JE LENT ?

Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer mon point faible en vitesse ascensionnelle. Le premier facteur handicapant reste le poids. En effet à l’heure où je te parle je suis à 82kg. Nous en avons souvent parlé dans les précédentes vidéos mais pour rappel, le poids est une donnée fondamentale pour les sportifs de haut niveau dans les sports d’endurance car il limite grandement la performance lorsqu’il s’agit d’aller chercher quelques minutes voire quelques secondes sur des courses. Certes ici il ne s’agit pas du tout de haut niveau mais le poids prend d’autant plus d’importance en trail dès lors que le parcours présente du dénivelé. Plus on est lourd, plus on est pénalisé, c’est comme ça, c’est physique. On sera néanmoins avantagé dans les descentes si, et je dis bien si, on s’est entrainé correctement afin d’améliorer technique et force excentrique.

Ce qui m’amène donc au deuxième facteur limitant de ma vitesse ascensionnelle : la force ! En effet, si tu ne le sais pas encore, je suis un adepte du renforcement et de la musculation et pendant des années, j’ai délibérément minimisé mon travail de force car je ne souhaitais plus réellement développer cette qualité. Mes performances ont par conséquent bien diminué depuis et malheureusement, compte tenu de mon poids, cela est bien dommage car la force est déterminante pour développer cette réserve de puissance que nous recherchons en trail running. Cela semble bizarre de parler de force alors que nous sommes en sport d’endurance mais juste pour la petite anecdote, sache que les marathoniens élites tels que Mo Farah ou Eliud Kipchoge travaillent aussi cette qualité. Aujourd’hui la communauté scientifique et sportive s’accorde sur le fait qu’elle participe au développement de l’économie de course, l’un des deux paramètres indispensables de la performance.

 

 

UNE PRÉPARATION SUR PLUSIEURS MOIS

Afin d’atteindre mon objectif, j’ai d’ores et déjà mis en place un plan d’entrainement qui va s’étaler sur plusieurs mois. Pour mettre toutes les chances de mon côté, je vais bien entendu me servir de ma spécialité à savoir la préparation physique. Ce sera d’ailleurs la priorité des deux premiers mois où je relèguerai la course et le trail au second plan sans jamais vraiment arrêter et en croisant avec d’autres sports portés tels que le vélo.

La première étape de cet objectif sera donc dédiée à la musculation puis j’entamerai un travail plus spécifique par la suite en ayant des bases ultras solides pour optimiser les entrainements en courses à pied. Bien que la planification puisse être modifier au fil des semaines en fonction des impondérables ou d’éventuels réajustements, voici comment elle devrait se dérouler :

La première partie sera à dominante musculation et s’étalera sur environ dix semaines. Il y aura un travail de bases fondamentales en endurance de force, force et puissance. Malgré tout, je maintiendrai et associerai judicieusement mes séances de course à pied et trail tout au long de ce mésocycle.

La seconde partie quant à elle sera à dominante course à pied, plus spécifique, de six à huit semaines, qui sera destinée dans un premier temps à travailler sur la vitesse puis focaliser par la suite sur un cycle d’endurance de force.

Au terme de ces deux mésocycles, il sera temps de faire un test afin d’évaluer en moyenne mes progrès et constater si l’entrainement à porter ses fruits. Je l’estimerai comme satisfaisant dans la mesure où je parviens à atteindre en moyenne les 1000m/h sur des côtes à 20%. Si tel est le cas, je partirai de nouveau sur une planification spécifique de quelques semaines pour me préparer pour la saison prochaine et les futures courses qui m’attendront. Dans le cas contraire il sera temps pour moi de me mettre à la pétanque… non j’déconne ! Plus sérieusement, ce sera le moment de faire une analyse à postériori et de comprendre ce qui n’a pas marché.

Je ferai donc une vidéo à chaque changement de cycle pour partager toute cette expérience que tu pourras retrouver dans la playlist ou la catégorie « Objectif Trail ».

 

On se dit donc à très vite pour le premier épisode de cette série, qui je l’espère te plaira et t’apportera plein d’éléments pour ton propre entrainement.

DERNIERS ARTICLES


REJOINS « PASSION TRAIL » SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

 COMMENT DÉBUTER LE TRAIL RUNNING EN 5 ÉTAPES ?

Félicitations! Le mail contenant le lien de téléchargement a été envoyé (vérifie ton dossier anti-spam si tu ne reçois rien)