fbpx

Il faut être honnête, en tant que coureur à pied et notamment trailer, courir sur place, renfermé dans une salle ou une pièce pendant des dizaines de minutes voire des heures, non, ça ne fait pas rêver ! Nous sommes d’accord, rien ne vaut l’ascension d’une belle côte pour aller admirer de jolies vues et sentir le bon air frais frétillé nos sinus. Cependant il faut aussi se rendre à l’évidence que dans certaines conditions, on est mieux chez soi devant un bon film que sous une pluie battante qui va rendre la séance encore plus difficile voire dangereuse. Mais fini les bonnes excuses qui vont te laisser sur ton canapé devant ta série préférée car le tapis de course va être une alternative plus qu’intéressante !

Est-il vraiment efficace de s’entrainer sur tapis de course ? Peut-on progresser de façon optimale ? Quels sont les avantages et les inconvénients ? C’est ce que nous allons détailler aujourd’hui !

 


 

FINI LES EXCUSES, COURIR MÊME PAR MAUVAIS TEMPS

Et oui, l’un des avantages de courir sur tapis vient du fait que l’on ne pourra pas se servir des conditions météos pour justifier l’annulation d’une séance. Qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente, ou que le soleil soit de plomb, tu pourras toujours te réfugier en salle de sport (ou chez toi si tu as cette chance) pour effectuer ton entrainement car courir sur un tapis de course est, à quelques nuances près, aussi efficace que de courir à l’extérieur.

 

DÉBUTER SUR UN TAPIS DE COURSE

Si tu débutes sur un tapis, il faut savoir que les premières foulées sont assez déroutantes. En effet courir sur place n’est pas forcément naturel car la bande roulante qui file sous tes pieds t’aide grandement à la propulsion alors que lorsque tu cours en extérieur, ce sont tes ischio-jambiers qui vont remplir majoritairement ce rôle. Mais j’y reviendrai un peu plus tard.

Donc pour commencer, prends le temps d’y aller progressivement et de t’habituer aux différentes allures en partant de la marche par exemple. Par la suite il te suffit juste d’incrémenter la vitesse dès lors que tu te sentiras à l’aise.

 

LA RÉSISTANCE A L’AIR ET LA THERMORÉGULATION

Une des différences du tapis avec la course à pied en extérieur va résider dans le fait qu’il n’y aura pas de résistance à l’air lorsque tu avances, étant donné que tu fais du surplace. Il faudra donc prendre en compte deux choses : la première est qu’étant dépourvu de résistance à l’air, tu ne lutteras pas contre ce dernier, même si cela reste infime. Et la deuxième va forcément avoir une conséquence sur ton organisme en plein effort car sans l’aide d’air frais, la thermorégulation sera plus difficile, ton corps luttera davantage pour se refroidir donc il y aura une répercussion directe sur tes performances.

Les salles de sport sont quasiment toutes climatisées et bien aérées par conséquent les températures sont relativement correctes. De plus, il faut noter qu’aujourd’hui, de nombreux tapis de course sont équipés de ventilateurs intégrés pour justement favoriser la thermorégulation.

Si tu as un tapis dans ta propre maison, alors pense toujours à bien aérer la pièce ou bien alors à placer des ventilateurs près de l’appareil pour ne pas souffrir de la chaleur.

 

REPRODUIRE LES CONDITIONS EXTÉRIEURES

L’absence de résistance à l’air ainsi que la sollicitation restreinte de nos ischio-jambiers à cause de la bande de roulement, rendent l’exercice moins intense donc plus facile. Afin de contrer ces effets et reproduire au mieux les conditions naturelles extérieures, la plupart des pratiquants utilisent une inclinaison allant de 0,5% à 1,5% en fonction de leur allure. Personnellement, je maintiens toujours une inclinaison de 1% et ce qu’elle que soit ma vitesse.

 

DÉSÉQUILIBRE DES MUSCLES AGONISTES/ANTAGONISTES

Un des inconvénients de courir sur tapis est justement le fait que les ischio-jambiers qui servent généralement de propulseur sur le terrain, vont être moins sollicités comme je l’ai indiqué précédemment. Il est donc déconseillé de pratiquer exclusivement des séances sur tapis de course sous peine de créer un déséquilibre entre les muscles agonistes/antagonistes (en l’occurrence il s’agit ici des quadriceps et des ischio-jambiers) pouvant conduire à des blessures. Je le disais en introduction, le tapis reste un outil complémentaire, une alternative à l’entrainement mais pas une substitution à part entière.

 

LA PRÉCISION DES PARAMÈTRES DE COURSE

Venons-en maintenant à l’avantage majeur de courir sur tapis : la précision des paramètres de course. Lorsque nous courrons en extérieur, les seuls paramètres vraiment précis sur lesquels nous pouvons jouer sont le temps et aussi la distance si nous sommes sur une piste d’athlétisme. Cependant la vitesse reste une donnée qui ne peut pas être vraiment constante. Même avec des années d’expérience, il est difficile de maintenir une vitesse régulière au dixième près et c’est justement en cela que le tapis tire son épingle du jeu. Il va nous permettre de contrôler avec précision distances et allures de course pour chacune de nos séances et plus particulièrement celles de VMA où le maintien de la vitesse est très important pour une séance réussie.

 

TRAVAIL DU DÉNIVELÉ

Le second avantage du tapis de course et non des moindres pour nous trailers, est que nous pouvons travailler le dénivelé en ajustant l’inclinaison qui peut atteindre plus de 30% pour certains modèles qui proposent aussi de travailler le dénivelé négatif allant jusqu’à -6%.

Pour les personnes vivant en plaine, le tapis de course est donc une solution parfaite pour travailler son D+ si on veut s’attaquer à des trails de montagne par exemple.

Le seul hic, est que sur la plupart des modèles que j’ai pu essayer jusqu’à ce jour, aucuns n’affichaient le D+ en temps réel comme peut l’être le temps ou la distance. Bien sûr cela est un peu dommage surtout si l’on souhaite uniquement baser sa séance sur le cumul de dénivelé positif.

Il existe néanmoins une formule simple pour pouvoir le calculer en amont mais on y reviendra dans une prochaine vidéo.

 

PROGRAMMER SES SÉANCES

Sur la plupart des tapis aujourd’hui il est possible de programmer ses séances soit avec des programmes déjà préenregistrés ou bien alors des programmes personnalisables à souhait où l’on choisit allure, temps distance ainsi que le dénivelé… Par exemple il m’arrive d’effectuer des séances de VMA que je programme en amont pour n’avoir à me soucier que de ma performance au fil du temps et non du réglage de la vitesse à chaque intervalle.

 

CONFORT DE COURSE

Enfin le plateau sur lequel on court offre un amorti non négligeable à chaque foulée ce qui présente un avantage certes mais peut aussi présenter un inconvénient notamment pour le trail.

Un avantage sur le fait que les impacts au sol sont réduits donc cela diminue les traumatismes liés à ces derniers. L’inconvénient quant à lui va se rapporter exactement au même problème que l’on a évoqué précédemment en l’occurrence sur la fréquence d’utilisation du tapis. Outre le fait que l’on fragilise les ischio-jambiers, l’utilisation abusive et exclusive d’un tel outil va nous habituer à un revêtement trop souple et régulier, ce qui n’est pas du tout le cas en trail running. Par conséquent on va avoir tendance à fragiliser non seulement nos appuis mais aussi la stabilité de toutes les articulations impliquées en course comme les chevilles et les genoux. Et en trail running, c’est pas du tout ce que l’on souhaite !

 


 

CONCLUSION

Avec ce que l’on vient de détailler ensemble, on comprend clairement désormais que le tapis de course est un excellent outil complémentaire à l’entrainement extérieur mais qu’il n’est en aucun cas un appareil de substitution à part entière.

DERNIERS ARTICLES


REJOINS « PASSION TRAIL » SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

 COMMENT DÉBUTER LE TRAIL RUNNING EN 5 ÉTAPES ?

Félicitations! Le mail contenant le lien de téléchargement a été envoyé (vérifie ton dossier anti-spam si tu ne reçois rien)

Pin It on Pinterest