fbpx

Les chaussures de trail running offrent aujourd’hui un catalogue large et varié. Elles tentent de s’adapter au style de chacun en proposant un confort de course optimal. Cependant le choix demeure toujours une question récurrente et délicate tant pour les débutants que pour les plus avertis. Il est évident que tu ne trouveras pas la paire idéale car elle n’existe pas. Avant ton premier achat (même les suivants quand tu changeras de marque) il te faudra compter sur ton intuition, ton ressenti et voir les résultats lors de tes sorties. Avant de débourser entre 70€ et +200€ , il faudra tout de même prendre en compte certains critères qui t’aideront à opter pour le choix TE correspondant !  


LES CRITÈRES ANATOMIQUES

 

LA POINTURE

En trail running (comme en running classique) il est conseillé de choisir une paire de chaussure dont la pointure est  une fois à une fois et demi supérieure à sa pointure de base. Si par exemple tu chausses du 44 , alors il faudra opter pour du 45 voire 45 1/2 (ou 45 1/3). Pourquoi prendre une pointure supérieure ? Tout simplement pour éviter de taper le bout de ton pied dans le fond de la chaussure. En effet, surtout en phase de descente, cela peut provoquer douleurs, ongles noirs et ampoules. Il est a noté que d’une marque à l’autre les pointures ne se valent pas. Donc si tu décides de changer de fabricant ou si tu achètes pour la première fois ta paire de chaussure, ne le fais pas sur internet ! Rends toi dans un shop spécialisé, demande conseil à un vendeur et n’hésite pas à essayer plusieurs modèles tout en respectant les critères que nous sommes entrain de passer en revu.

LA FOULÉE

Trois types de foulées différencient l’ensemble des coureurs. Elles ont toute un point commun: L’appui sur la zone postérieure du talon

ATTENTION ! La foulée pronatrice ou supinatrice n’est pas une pathologie en soi. Cela dit elle peut éventuellement être à l’origine de certaines blessures. Dans ce cas précis, il est nécessaire de consulter un podologue spécialiste du sport.

COMMENT CONNAÎTRE TA FOULÉE ?

  • Le mieux serait de se rapprocher d’un podologue spécialiste du sport. Tu pourras obtenir une analyse précise de ta foulée ainsi que diverses données supplémentaires intéressantes comme « l’attaque » que nous allons aborder plus loin
  • Certains shops spécialisés ont la possibilité d’analyser ta foulée. N’hésite pas à te renseigner
  • Si tu possèdes déjà une paire de running, tu peux éventuellement analyser l’usure de ta semelle externe. Compare selon qu’elle soit usée sur l’avant centre, extérieur ou intérieur puis détermine quelle est ta foulée grâce à l’illustration ci-dessus
  • Enfin si tu as la possibilité de pouvoir filmer ta foulée de face ou bien de derrière en « slow motion » (au ralenti) grâce à la technologie de certains smartphones, tu peux éventuellement déterminer laquelle te correspond

Ta foulée déterminée, tu peux orienter tes recherches en suivant déjà ce critère. Il existe très peu d’offre pour les foulées supinatrices car markéting oblige, pas assez de demande. Néanmoins des chaussures pour les foulées universelles (ou neutral) feront très bien l’affaire. Enfin, certaines marquent proposent aussi des chaussures à la foulée « 3 en 1 ». Elles s’adaptent donc à ta foulée quelle qu’elle soit.  

L’ATTAQUE

C’est la zone du pied heurtant le sol en premier pendant la foulée. On distingue deux types d’attaque et les débats autour de « quelle est la meilleure? » restent bien agités. Mon opinion est qu’il n’y a ni bonne ni mauvaise attaque. L’essentiel étant de se préserver et de trouver ce qui TE correspond !

ATTAQUE TALON

Comme son nom l’indique, c’est lorsque le talon vient heurter le sol en premier. C’est l’attaque la plus « naturellement » utilisée chez la plupart des coureurs alors qu’elle est « contre-nature » . Pourquoi? Car si tu décides de courir pieds nus sur un sol dur, tu comprendras vite que poser le talon en premier n’est pas la meilleure des solutions. En effet l’amorti est quasiment nul et les traumatismes endurés sur la chaîne articulaire (cheville–>genou–>hanche–>dos) se feraient rapidement ressentir. Pendant des années nous avons été habitués à courir avec des chaussures nous offrant un amorti renforcé sur la zone du talon. On ne peut cependant affirmer aujourd’hui avec certitude que l’attaque talon est néfaste pour le coureur. De nombreux marathoniens professionnels l’utilisent encore. Ils ont juste amélioré leur technique. En contre partie, d’autres ont délaissé l’attaque talon au profit de l’attaque medio-pied (ou minimaliste)

ATTAQUE MEDIO-PIED (OU MINIMALISTE)

C’est lorsque ton pied heurte le sol à plat voire même sur l’avant. C’est une foulée qui est dite minimaliste car elle se réfère à celle que l’on utilise lorsque nous courrons pieds nus sur un sol ferme. Ses avantages sont principalement liés au fait que l’amorti soit beaucoup plus efficace et naturel, préservant ainsi la chaine articulaire citée précédemment. Les inconvénients de la foulée medio-pied se feront ressentir lors de l’apprentissage. En effet nous allons solliciter les mollets de manière extrême et inhabituelle. Il est donc fortement recommandé d’effectuer la bascule talon vers medio-pied de manière progressive afin d’éviter les blessures. Crois-moi je sais de quoi je parle, j’ai trainé une tendinite du tendon d’Achille pendant des semaines.

POIDS

Les articulations étant soumises à rude épreuve durant les efforts prolongés, il va falloir privilégier l’amorti si :

  • Tu es un homme de plus de 80kg
  • Tu es une femme de plus de 60kg

LES CRITÈRES TECHNIQUES DE LA CHAUSSURE

 

L’AMORTI

Comme son nom l’indique, l’amorti à un rôle d’absorption de choc. Chaque marque y va de sa technologie (gel, mousse…)

LE DYNAMISME

Le dynamisme est un critère antagoniste à l’amorti. En effet, c’est la restitution d’énergie qu’il y a du sol à ton pied. Pour te donner une image c’est comme si tu comparais le fait de courir pieds nus sur du bitume et sur une dune de sable. Le premier offre un dynamisme max alors que tu observeras l’effet contraire dans le second dû à l’enfoncement du pied. Pour résumer, à quantité égale d’énergie fournie lors de ta foulée, tu courras plus vite avec une chaussure dynamique qu’avec une chaussure « amortissante »

LE DROP

C’est la différence de niveau entre l’arrière et l’avant de ta chaussure. Une surélévation de ton talon qui du coup est moins étiré. Le drop peut varier de zéro à une dizaine de millimètres selon les marques et modèles. Le drop 0 ou s’y rapprochant est plutôt destiné aux foulées avec attaque medio-pied (vu précédemment). Il est tout de même possible de courir avec des chaussures ayant un drop de 8mm et avoir une attaque medio-pied.

L’ACCROCHE

C’est l’adhérence de ta chaussure en fonction du terrain de pratique. Tu ne choisiras pas les mêmes crampons que tu fasses uniquement de la piste en terre sèche ou des sentiers montagneux offrant de nombreuses variations de terrains (boues, neige, pierres…) Crampons Salomon Speedcross

LA PROTECTION

Nécessaire si tu comptes évoluer sur des terrains accidentés, avec de nombreux pierriers. Située sur les endroits stratégiques les plus exposés de la chaussure, en l’occurrence à l’avant et sur les flancs

LA STABILITÉ

La stabilité de ton pied est l’un des aspects les plus complexes à gérer car elle dépend d’autres paramètres dont ceux cités précédemment. La conception même de la chaussure, sa forme, sa souplesse, son poids influeront sur la stabilité qu’elle t’offrira.L’expérience est le meilleur des conseillers et te dictera tes préférences avec le temps


CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Les chaussures sont l’outil par excellence du trail runner. Il ne faut donc pas négliger son choix
  • De nombreux modèles sont disponibles aujourd’hui proposant plusieurs catégories, chacune s’adaptant à un type de terrain pratique dominant (terre, pierre, boue, neige…)
  • Il ne faut pas tomber non plus dans la paranoïa et suivre uniquement les critères théoriques
  • La durée de vie d’une paire classique va tourner en moyenne autour des 700km / 800km.
  • Les paires ultra légères et performantes (destinés aux confirmés) auront une durée de vie beaucoup moindre (200km environ)
  • Gagne en expérience, écoute ton corps et grâce aux termes techniques que nous venons de voir il te sera plus facile d’arrêter un choix. Celui qui te conviendra au mieux
  • Fais le meilleur compromis en tenant compte de tout ce que nous avons expliqué précédemment car la paire idéale n’existe pas
  • Une paire à plus de 200€ n’est pas synonyme de paire idéale ! Elle ne te conviendrait peut-être pas !
  • Avant d’investir de grosses sommes dans tes chaussures et dans les marques les plus réputées, n’hésite pas à passer par des modèles plus abordables offrant des performances de très bonnes qualités.

DERNIERS ARTICLES


REJOINS « PASSION TRAIL » SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

 COMMENT DÉBUTER LE TRAIL RUNNING EN 5 ÉTAPES ?

Félicitations! Le mail contenant le lien de téléchargement a été envoyé (vérifie ton dossier anti-spam si tu ne reçois rien)

Pin It on Pinterest